+3228969500 Info@naparbelgium.org
Assises bruxelloises contre le racisme – Attention à la répétition des erreurs du passé !

Bruxelles, 9 novembre 2021 –

Tandis que les Assises contre le racisme à Bruxelles touchent à leur fin, l’heure est aux constats. Pour la coalition NAPAR – un collectif de 65 organisations de la société civile -, si les auditions d’expert.e.s au Parlement régional furent un exercice inédit et prometteur, tout reste à faire…

La réussite du « Plan bruxellois de lutte contre le racisme » passera par un solide comité de suivi de ce Plan et la priorité absolue donnée aux actions de lutte contre le racisme structurel et institutionnel.

Il nous faut absolument éviter de retomber dans les écueils de la « Commission du dialogue interculturel » (2004) et des « Assises de l’interculturalité » (2010). Des initiatives politiques qui ont débouché sur un catalogue de bonnes intentions mais n’ont engendré aucune action concrète sur le terrain. Pour aboutir à un plan bruxellois de qualité optimale, NAPAR a identifié deux facteurs déterminants :

  1. L’implication continue de personnes racisées de la société civile dans la rédaction du Plan.
  2. Le suivi et l’évaluation continue du Plan.

Pour optimaliser les actions du Plan, la société civile antiraciste et le monde académique ont un rôle important à jouer, en donnant leur feedback sur les actions en cours de rédaction. Ensuite, la mise en place d’un comité de suivi du Plan, impliquant pleinement la société civile, garantirait une mise en œuvre, une évaluation et des modifications du Plan de manière continue. Ces points fondamentaux ont cruellement manqué lors d’autres plans d’actions participatifs.

La coalition NAPAR a aussi constaté que les propositions d’actions ont été fort nombreuses lors des séances. Or, tout l’enjeu de ces Assises réside dans le courage politique à s’attaquer en priorité aux freins institutionnels et structurels à la participation et à la pleine réalisation de tou.te.s les Bruxellois.es.

Pour le marché de l’emploi, cela passe par une permission généralisée du port de signes convictionnels dans toutes les administrations bruxelloises. L’exemple d’Actiris est inspirant à cet égard. Depuis 2015, Actiris permet le port de signes convictionnels à tou.t.e.s ses employé.e.s. Une décision qui n’a en rien porté atteinte à l’impartialité comme à la qualité du service rendu.

La piste des testings d’initiative est également capitale pour lutter contre les discriminations sur le marché de l’emploi et du logement.

Aujourd’hui, quasi aucun testing n’a été mené suite à une plainte pour discrimination… Or, il ne revient pas à l’automobiliste lambda de signaler les voitures en excès de vitesse, mais bien au gouvernement à installer des radars. Il doit en aller de même dans la lutte contre le racisme : le plan bruxellois devra doter de moyens légaux, financiers et humains les inspections de l’emploi et du logement afin que celles-ci puissent faire respecter le principe de non-discrimination. Avec des sanctions à la clef pour les contrevenants.

A ce stade de pré-conclusions, nous déplorons l’inexistence d’un réel processus de co-création avec la société civile ni même une bonne représentation des acteurs concernés par les différentes thématiques liées au racisme. Nous constatons également une invisibilisation des groupes impactés par le racisme.

D’autre part, nos analyses montrent que l’absence de statistiques ethniques constitue un des freins principaux à des politiques antiracistes. Il y a un vide juridique à ce niveau, qui empêche de dresser des constats pertinents et d’avoir une vision précise des inégalités. En l’absence de statistiques ethniques, on ne peut nommer avec précision ces inégalités et, de facto, cela donne l’impression qu’elles n’existent pas.

Enfin, un autre problème majeur reste le paysage politique belge extrêmement morcelé. Les nombreuses subdivisions institutionnelles entraînent une répartition à outrance des compétences avec une multiplication d’acteurs, d’intermédiaires et de responsables en la matière…

La porte-parole de la coalition NAPAR, Maguy Ikulu, se tient à votre disposition pour toute question ou info complémentaires.

Communication

Tél : + 32 2 896.95.00

Mob : + 32 496 54 65 74

E-mail : olivier.mukuna@bepax.be